SRE

La SOUDURE à RESISTANCE ELECTRIQUE

Une technique moins courante, mais les adeptes ne peuvent plus s'en passer !

Cette technique est utilisée depuis... très longtemps (1881 ! ), mais l'adaptation au laiton est plus récente, car l'appareillage est spécifique. Gérard HUET, artisan à cette époque a développé par des importations de matériels et des articles pédagogiques, cette technique

Principe de base :

On applique une tension très faible (de 1 à 5 volts) mais sous une intensité très importante. La chaleur dégagée et proportionnelle au carrée de l'intensité (allez faites un effort, vous l'avez appris au collège ! ) Donc l'intensité étant importante (de 50 à 100 Ampères ! ) la chaleur est très importante, la brasure est quasi instantanée. Nous aurons obligatoirement un brasage, et non une soudure. Cette dernière est impossible (contrairement à certains aciers) car le laiton est un mélange de 2 métaux. Cela interdit le soudage par point, par fonte d'une petite boule de métal au centre de l'assemblage. Mais cette boule n'est pas homogène, donc pas de tenue. 

Le problème vient des électrodes qui ne peuvent être métallique, le laiton est un trop bon conducteur. Il faut mettre des électrodes en carbone recouvert d'une fine couche de cuivre. Cela se trouve facilement en électricité industrielle. De plus il ne faut absolument pas bouger avant que la tôle soit refroidie, sinon il y a un risque de création de mini-arc électrique qui marqueront irrémédiablement le point de soudure. 

Les tiges de contact sont fabriquées industriellement pour le "gougeage" que l'on trouve assez facilement dans le commerce (Amazon par exemple !)


Actuellement , je n'ai trouvé qu'un seul matériel vendu prêt à fonctionner. Le montage d'un tel appareil est très simple, le seul élément plus délicat  à trouver étant le transformateur. 

Consulter le cercle, ou le webmaster pour des renseignements sur ce point.